Vous êtes ici

L’IMMIGRATION DES BELGES Á BOTUCATU (SP)

Lors de l’indépendance de l’actuelle République Démocratique du Congo, le 30 juin 1960, le gouvernement belge se devait de trouver une solution pour les 89.000 colons qui se trouvaient au Congo belge. Le retour au pays a été une issue raisonnable pour la plupart, mais une partie des colons protestait et souhaitait avoir des conditions semblables à celles dont ils jouissaient dans l’ancienne colonie belge.  L’une des solutions a été de chercher d’autres pays pour leurs familles.  L’immigration au Brésil était une option.

Cependant, malgré son ambassade et les consulats belges au Brésil, la Belgique méconnaissait le Brésil et a profité de l’expérience de son voisin, la Hollande, qui avait déjà une expérience agricole à Holambra, près de Campinas dans l’Etat de São Paulo. Cette ville fondée par les Hollandais en 1948, avait comme Président, Charles Hogenboom.  Suivant l’accord signé par les deux pays, celui-ci s’était chargé de trouver « une zone agricole pour l’installation d’une coopérative pour les colons belges venus du Congo Belge ». Monsieur  Hogenboom a choisi la Fazenda Monte Alegre, située à Botucatu, dans la province de l’Etat de São Paulo. « Botucatu » vient du tupi et signifie bon climat, bon air. La Fazenda Monte Alegre assez bien connue dans l’Etat de São Paulo, était la propriété de José Augusto Rodrigues et est arrivée à avoir un million de pieds de café.  D’une étendue de 9.704 hectares, elle a coûté au gouvernement belge l’équivalent de 650 mille dollars.

La Sociedade Cooperativa Agropecuária Belgo-Brasileira (SCABB)  été fondée le 22 septembre 1961, ayant comme premier Conseil d’Administration: le Président, J. Henderickx, le Trésorier, A. Michiels, le Secrétaire, A. Renard et les Conseillers E. Champion et Loverius.

Jusqu’en 1971, sont arrivés 361 personnes entre adultes et enfants, y sont nés 40 enfants, 6 personnes sont décédées et 14 mariages ont été célébrés (4 entre Belges et 10 avec des Brésiliens ou Brésiliennes) En 1971, la colonie comptait 405 Belges et 10 Brésiliens.

En 2011, le Centre Culturel Botucatu a organisé une exposition photographique Les Belges à Botucatu, élaborée par l’historien João Carlos Figueroa qui retrace l’histoire de l’arrivée des Belges dans le quartier Monte Alegre. Ces photos révèlent la trajectoire des premiers habitants et la construction de cette communauté.

Disponible sur le site https://www.flickr.com/photos/centroculturalbotucatu/sets/72157628607570....

Au début, chaque coopérant a reçu un terrain de 50 hectares, et, après le retour d’une partie des colons en Europe en 1963, une nouvelle division a eu lieu et les propriétés se sont étendues jusqu’à 150 hectares où les colons ont construit des maisons en style européen.

Quand les Belges sont arrivés en 1961, la ville de Botucatu les a reçus en fête. Mais Botucatu ne ressemblait pas au “Congo Belge”, l’économie était autre, la population était différente et avait un rapport différent avec la Belgique. Etre colon belge dans une colonie dominée par son pays et comptant sur un appui logistique était une chose, arrivés dans une pays inconnu de langue inconnue et sans appui du Gouvernement belge, était une autre, ce qui a occasionné assez de mécontentements entre les familles des immigrants. Quelques coopérants étaient agriculteurs, mais la majorité ne savait pas travailler la terre. De plus, les moissons ne correspondaient pas aux attentes initiales, et des bruits circulaient disant qu’ils avaient été “trompés par les Hollandais sur le prix et la qualité de la terre”. Mr. Hogenboom a été accusé par les premiers coopérants, d’avoir choisi une terre fatiguée alors qu’il avait trouvé à Paranapanema (SP), une région de bonne terre, une glèbe, pour devenir le siège de Holambra II, où ont été les fils des premiers coopérants hollandais.

En 1963, le Gouvernement belge a voulu adoucir les difficultés des émigrants en offrant un fond social et des bourses d’étude à la coopérative, aux coopérants et à leurs enfants. Il n’admettait pas qu’il aurait pu y avoir une erreur dans le choix du local  et dans le genre d’expérience agricole. Avec l’aide économique et l’assistance technique du Gouvernement belge, les constructions qui suivent ont été ajoutées à la Fazenda Monte Alegre:

  1. Usine de Rations avec dépendance
  2. Une laiterie et un puits artésien (construit par un technicien belge)
  3. Fromagerie et dépendance
  4. Réservoir d’eau
  5. 2 Ecoles
  6. 1 Ecole pour le Pré-Primaire
  7. 45 maisons et l’église
  8. 2 Silos
  9. Usine de riz
  10. Transformateurs d’électricité

Suite au peu de résultats avec l’agriculture, la SCABB a choisi l’élevage et la production de dérivés du lait. Avec de nouvelles installations et une machine importée de France, le Laticínio Belco a été le premier au Brésil à produire du lait emballé dans des sacs en plastique. Le lait, le fromage et le beurre de marque Belco  sont assez connus dans l’Etat de São Paulo. Des années plus tard, la laiterie a été absorbée par la compagnie “ Leite Paulista”.

Botucatu Queijo Minas BelcoBotucatu Queijo Mussarela Belco

La colonie belge, à l’exemple de la hollandaise qui avait son pasteur, avait aussi son guide spirituel, l’abbé Alexander Veraart au début, et ensuite, l’abbé Renato (René) Van Hoorickx, tout deux de l’Eglise Catholique Romaine. Le premier est resté huit ans et avait demandé un autre prêtre pour l’aider tellement le rapport avec la colonie était difficile et les indices de révoltes élevés. L’abbé Alexander, habitait la Fazenda Monte Alegre, mais disait la messe tous les jours dans les paroisses de la ville de Botucatu et à Anhembi, Pratânia et Areiópolis, villages de la région. L’abbé Renato est arrivé à Botucatu dans la seconde moitié des années 1960 et parlait un peu le portugais vu ses séjours dans les colonies portugaises en Afrique.

Botucatu Igreja dos belgas

La colline belge a reçu des visites importante à Monte Alegre:

1961 – Mr. Hogenboom, Président de la Coopérative Holambra II;

1962 - Sa Majesté le Roi Léopold III et la Princesse Liliane (logés au Collège Santa Marcelina) et Mr. Colot, ambassadeur de Belgique au Brésil

1963 – Mr. Bihim, ambassadeur de Belgique et Mrs. Derkinderen et Wollecamp

1969 - Francisco Mesquita, directeur du journal "O Estado de São Paulo";

1973 - Mr. Gaston Derkinderen, Ministre Général du Ministère de la Coopération pour le Développement et Mr. Ives Vercauteren, Consul Général de Belgique à São Paulo.

Botucatu Cerveja Belco

Plus tard, au début des années 80, la fabrique de bières, Cervejaria Belco, a produit une excellente bière, vendue plus tard à la Distillerie Schincariol. Elle a été ensuite transférée 1985 à São Manoel suite aux ennuis causés par la mairie de Botucatu.

Les descendants des pionniers, grâce à l’aide du Gouvernement belge ont pu étudiés et fréquenter l’université. La majorité a quitté Monte Alegre, quelques uns se consacrent au commerce à Botucatu et à São Paulo, d’autre suivent une carrière à l’Université de l’Etat de São Paulo (UNESP) et dans d’autres universités.

En 1987, l’ancienne Coopérative a été transformée et a perdu ses caractéristiques initiales bien que quelques Belges ou descendants travaillent encore dans ses cadres. Beaucoup sont rentrés an Belgique. Ceux qui sont restés se sont intégrés définitivement au Brésil, enrichissant le pays de leur idéal et avec la fibre d’immigrants qui avec les Portugais, les Allemands, les Syrio-Libanais, les Japonais et tant d’autres ont rencontré au Brésil un port d’attache sûr.

Memorias de BotucatuTexte: Marc Storms, basé sur: http://www.armandomoraesdelmanto.com.br/...

Photos: https://www.flickr.com/photos/...

Infos sur Charles Hogenboom (en hollandais): http://holambra.nl/?p=666

Traduction: Philippe Willemart

Français