Vous êtes ici

Famille MUYLAERT en Campos dos Goytacazes (RJ)

Beaucoup de Brésiliens portent le nom Muylaert. Tous sont descendants d’un couple belge : Charles Benoît Muylaert, qui au Brésil s’appelait Carlos Benedito Muylaert, et Maria Teresa Stienen ou Marie Thérèse Stienen.

Charles Muylaert est né à Grembergen, le 2 décembre 1805, fils de Ludovico Muylaert et d’Ana Catarina Roels. Elle, Marie-Thérèse, née à Dendermonde le 26 octobre 1807, était fille de Guilherme Stienen et de Petronilha de Bock. Ils se sont mariés à Grembergen le 23 novembre 1831 et habitaient rue Steenweg, nº 1.

Ils sont arrivés à Rio de Janeiro entre 1841 et 1845 d’où ils se sont rendus à Campos dos Goytacazes pour y habiter. Charles et Marie-Thérèse sont morts dans la même ville avant le mariage de leur fille Joana en 1853.

Charles et Marie-Thérèse eurent sept enfants dont les six premiers sont nés en Belgique.

  1. Pedro Muylaert, baptisé à Appels (Belgique), le 4 avril 1831, marié à Helena Rita de Souza à Campos, le 20 janvier 1866, il est décédé le 12 janvier 1880.
  2. Maria Luísa Muylaert, baptisée le 21 décembre 1832 à Appels (Belgique), elle a épousé le 1ºaoût 1850 Miguel Barrabino, originaire de Sardaigne (Italie).
  3. José Muylaert, Joannes Josephus, baptisé le 18 mars 1835 à Appels (Belgique), marié à Rita Maria Pessanha, mort à Campos dos Goytacazes, le 2 août 1871.
  4. Joana Muylaert (Maria Joanna Francisca ou Joaninha), née à Appels, le 20 mai 1837. Devenue aveugle, elle a habité chez son frère Francisco, dans une fermette de Beira Valão au nº 100. Elle serait décédée aux environs de 1910.
  5. Francisco Muylaert, baptisé à Appels, le 12 octobre 1839, marié le 12 août 1863 à Antônia Maria da Silva Pio, décédé à Campos dos Goytacazes le 5 décembre 1912.
  6. Leopoldo Muylaert, baptisé à Appels, le 14 novembre 1841, marié à Luísa Maria da Costa le 23 juin 1866, décédé à Campos dos Goytacazes, le 12 octobre 1913. Il était professeur et musicien (maestro). Il est cité page 250 du Vol. 7 de l’Annuaire Généalogique Latin.
  7. Ana Muylaert, née à Campos dos Goytacazes, en mars 1845.

Pedro et Francisco se sont établis comme carrossiers à Campos dos Goytacazes, selon l’ Almanak Administrativo, Mercantil e Industrial de Rio de Janeiro. L’atelier de Pedro se trouvait au nº20 de la Rua Direita.

Leopoldo enseignait la musique le matin chez lui, à la chácara Covas d’Aréa, et l’après-midi dans les salles de répétition de la réunion musicale Phil’Euterpe, au nº 9 de la rua Direita. Il donnait des leçons de piano, composait et a été secrétaire de la Société ‘Union Artistique Bienfaisante de Campos dos Goytacazes’. Il a eu 9 enfants. Le plus vieux, Alberto (1866–1924), jouait avec son père mais aussi seul dans différents concerts à Campos. Alberto a déménagé à Bahia pour y étudier la médecine. Les autres enfants, Carlos, Etelvina et Olympia doués également pour la musique, enseignaient avec le père, la musique et le piano.

Muylaert Leopoldo polka Muylaert Leopoldo aula de musicaMuylaert Carlos Etelvina Olympia musica e piano

Ana, la plus jeune fille née au Brésil ne doit pas être confondue avec la plus connue des Muylaert, Anna Muylaert (°1964) (appelée aussi Ana Luísa Machado da Silva Muylaert), auteur du filme ‘Que Horas Ela Volta?’, cinéaste et directrice de télévision brésilienne. Elle était la plus vieille des trois filles de Celina et Roberto Muylaert.

Roberto (°1935) est journaliste, ingénieur, entrepreneur et a été président de l’ANER (Association nationale des éditeurs de revues). Il a présidé la Fondation Biennale de São Paulo et  organisé l’exposition Tradição e Ruptura (1984) et la 18me Biennale de São Paulo en 1985. Il a commandé la TV Cultura entre 1986 et 1995. Il est le père du cinéaste Anna, de l’éditrice et entrepreneur Marilia e de la paysagiste Ana Clara. Son grand-père était Albert, le médecin cité plus haut.

Le nom Muylaert ne signifie pas "meunier", comme en allemand "Müller" (https://pt.wikipedia.org/wiki/Roberto_Muylaert) Les noms Muijl(l)aert, Muyl(l)aert, Mullaert, Meulaerts, Mulert sont originaires du mot flamand “muil” qui signifie “ museau” ou “muilen of snoet zetten, een zuur gezicht trekken, morren “ ou “colocar um focinho, fazer boquinha, murmurer” (fonte: Woordenboek van de familienamen in België en Noord-Frankrijk (grondig herziene en vermeerderde uitgave) Dr. Frans Debrabandere - L.J. Veen /Het Taalfonds 2003 http://home.scarlet.be/~tsd22610/FpageMi.htm)

Eddy Stols annonce que dans le contexte de Pedra Lisa (http://belgianclub.com.br/pt-br/Colonisation -belga-le-pedra-lisa-campos-dos-goytacazes-rdj) se situe la venue à Campos [dos Goytacazes] du couple Charles Muylaert, originaire d’ Aalst, ville proche de Zele, qui a laissé une nombreuse descendance au Brésil, active en musique et dans les arts.

Recherche: Marc Storms

Traduction: Philippe Willemart

Sources:

  • Sainte-Cathérine du Brésil ou os belges em Santa Catarina / Eddy Stols. p. 22-23 En: Brasil e Bélgica: Cinco séculos de conexões e interações. – São Paulo: Narrativa Um, 2014.
  • http://www.marcopolo.pro.br/genealogia/paginas/fam_muy.htm arvóre genealogico da família Muylaert por Reinaldo de Araújo Lima
  • Journal "Monitor Campista"
Français